Publié par : tourismedentaire | 30/08/2010

MYTHES ET LEGENDES

Destinées avant tout aux petits enfants, ces histoires simplifiées sont extraites du folklore philippin,

Basées sur les mythes et légendes des Philippines, ces histoires très courtes sont de celles que l’on raconte aux petits enfants le soir avant qu’ils ne s’endorment. Des petites histoires courtes, qui parlent de choses simples comme la terre, le soleil, la lune, le ciel, les animaux … des histoires qui n’ont rien d’effrayant, qui sont faciles à comprendre et qui présentent généralement une morale.

Pourquoi le soleil poursuit-il la lune ?

Il y a très, très longtemps, le soleil et la lune étaient mariés et vivaient ensemble dans le ciel qu’ils se partageaient.
Un jour, alors qu’elle devait se rendre sur la terre pour faire provision de légumes, la lune demanda au soleil, son époux, de garder et de surveiller les enfants. Elle l’avertit de ne pas s’approcher trop près des enfants endormis, car il pourrait les bruler.

Longtemps le soleil contempla ses enfants de loin, mais comme il voulait les embrasser il se rapprocha et se pencha sur eux. Oubliant les avertissements de son épouse la lune, il s’approcha au plus près et, horrifié, il les vit fondre.
Effrayé des conséquences de son acte et de la réaction de la lune, il alla se cacher dans la forêt. A son retour, son épouse la lune, trouva les enfants tous fondus.

Après un long séjour dans la forêt, le soleil sortit de sa cachette et se montra à la lune.
Il s’ensuivit un violent combat durant lequel le soleil jetât les légumes à la figure de la lune.

Par nuit claire, au temps de la pleine lune, vous pouvez apercevoir les traces des légumes, visibles sur la figure de la lune.

Leurs enfants fondus sont devenus les étoiles et le soleil court après la lune afin de se réconcilier avec celle-ci.

Pourquoi l’eau de mer est-elle salée ?

Il y a de très, très nombreuses années, l’eau de mer avait la même saveur, ou plutôt l’absence de saveur de l’eau douce. Elle était transparente et sans goût.
Heureusement, les habitants qui vivaient dans les îles avaient connaissance d’un gentil géant qui demeurait dans un endroit pas trop éloigné et qui gardait des montagnes de sel dans sa cave.

Les gens décidèrent de traverser une partie de l’océan sur leurs bateaux et de se rendre sur l’île du gentil géant.
C’est à partir de ce moment qu’ils furent en mesure de ramener du sel dans leurs villages et de  préparer des repas avec du goût.

Un jour l’océan devint non navigable du fait de nombreuses tempêtes qui se succédaient sans aucun répit.  Les villageois ne pouvant naviguer pour aller chercher du sel se retrouvèrent bientôt dépourvus de ce précieux ingrédient et n’appréciaient plus du tout leurs repas désormais dépourvus de gout.

L’océan refusant de se calmer, ils se demandaient comment faire pour avoir à nouveau du sel.
Un enfant suggéra de demander au gentil géant d’étendre ses jambes aux dessus de l’océan entre son île et l’île des villageois. A la façon d’un pont qui permettrait à ces derniers de se rendre et de revenir de l’île du géant en rapportant du sel.
De cette façon plus besoin de bateaux pour traverser l’océan, ils pourraient marcher jusqu’à l’île et en revenir chargés de sel.

Le gentil géant donna son accord et les villageois, avec des sacs de sel vides, commencèrent leur marche sur les jambes du géant en direction de la cave de ce dernier.
Malheureusement, les pieds du géant reposaient sur des fourmilières et les féroces fourmis rouges commencèrent à mordre les énormes pieds.

« Dépêchez-vous !» implora le géant qui avait des difficultés à garder ses jambes immobiles tellement cela le grattait, le démangeait et lui infligeait de la peine.

A peine les villageois avaient-ils atteint son île que le géant retira immédiatement ses jambes afin d’ôter les fourmis qui s’y trouvaient et de pouvoir se gratter.
Les villageois se mirent à rigoler en voyant la façon avec laquelle un géant de cette taille pouvait être dérangé par d’aussi petits insectes.

Enfin les gens chargés de sel se trouvèrent prêt pour la traversée de retour. Le géant allongea à nouveau ses jambes au-dessus de l’océan.
Immédiatement les fourmis, dérangées une deuxième fois, attaquèrent encore plus furieusement les pieds et mollets du géant.
A nouveau le géant demanda au villageois de se presser de traverser, mais les lourds sacs de sel ralentissaient leur marche.
D’un autre côté, les gens ne croyaient pas possible que les ‘’si petites fourmis’’ puissent réellement faire souffrir le géant. Ils en parlaient entre eux et marchaient plutôt lentement.

Avant que les villageois aient eu la possibilité d’atteindre leur île, le géant hurla et plongea ses jambes dans l’océan de façon à atténuer la douleur.
Tous les sacs de sel tombèrent dans l’océan.

Le géant sauva tous les gens de la noyade, mais personne ne fut capable de récupérer le sel dissout dans l’eau.
Depuis ce jour l’eau de mer est salée.

Critiques et commentaires sont les bienvenus.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :