Publié par : tourismedentaire | 12/12/2010

BULUSAN … NUMERO TROIS !

Après le Mont Mayon qui nous a donné de superbes spectacles, sans faire de victimes, le Taal volcano qui nous a donné quelques frayeurs en début d’année, c’est maintenant au tour du Mont Bulusan de faire des siennes.

MONT BULUSAN … NOUVELLE ERUPTION.

Le Mont Bulusan, un volcan actif, est entré à nouveau en éruption hier 21 novembre, surprenant les habitants dans leur sommeil.

Ce volcan, qui culmine à 1559 mètres au dessus-du niveau de la mer, se situe à l’extrême sud de la grande île de Luzon, dans la province de Sorsogon, proche de Northern Samar et à une cinquantaine de kilomètres au sud d’un autre volcan actif, le Mont Mayon.

Le volcan continue à donner des signes d’activité et crache des volutes de vapeurs et de cendres grises, une volute qui atteint une altitude d’environ deux kilomètres au- dessus du sommet du cratère.

The Philippine Institut of Volcanology and seismology (Philvocs) indique qu’une explosion a été enregistrée vers 07 : 32  H ce matin, ce qui a forcé les autorités à évacuer quelques familles vivant près du volcan, particulièrement dans la ville d’Irosin.
Les personnes évacuées en priorité sont celles à risque du fait des cendres : les personnes agées, les enfants, les femmes enceintes et celles qui allaitent, précise Jose Lopez qui est le disaster control chief (la personne en charge).

Plus de 750 personnes ont préalablement quitté leurs maisons depuis que le volcan a commencé à montrer des signes d’activité le 6 novembre dernier.
Un homme souffrant d’asthme est décédé le 11 novembre du fait des cendres contenues dans l’air.

Philvoc ajoute que l’expulsion de cendres a été accompagnée d’un grondement sourd et d’un tremblement de terre qui a duré neuf minutes et trente secondes.

Préalablement à l’éjection de cendre, un total de 12 tremblements de terre d’origine volcanique avait été enregistré.

Néanmoins, les experts affirment qu’une éruption majeure n’est pas à craindre.

Le niveau d’alerte Nº 1 demeure en vigueur dans la ville de Bulusan, ce qui indique que le volcan est dans un état anormal
Il est rappelé au public de ne pas s’aventurer dans une zone d’un rayon de quatre kilomètres, la zone de danger permanent ou PDZ (Permanent Danger Zone), du fait d’un risque de soudaines explosions de vapeurs et de cendres..

Du fait des vents prévalent dans la région, Philivocs avise les résidents des parties nord-ouest et sud-ouest du volcan de prendre les précautions nécessaires contre la retombée des cendres.
Philivocs a également informé les autorités de l’aviation civile d’avertir les pilotes d’avoir à éviter de voler près du sommet du volcan ; cendres et débris volcaniques d’une soudaine explosion pourraient endommager les appareils.

Les habitants situés dans ou proche des vallées, le long des rivières et torrents, doivent prendre les précautions adéquates dans l’éventualité de coulées de boues, de cendres et autres matériaux volcaniques qui pourraient être provoquées par de fortes et prolongées chutes de pluie.

Le Gouvernement de la province précise qu’environ 250.000 personnes vivent dans six villes autour du volcan, nombreuses d’entre elles pourraient se trouver en danger si l’intensité de l’éruption augmentait.

Le Mont Bulusan, qui se situe à 380 kilomètres au sud-ouest de la capitale Manille est le quatrième plus actif volcan de l’archipel après le Mont Mayon dans la province d’Albay, le Taal à Batangas et le Pinatubo de Zambales. (Sur un total de 23 volcans actifs dans le pays).
Il a fait seize fois éruption depuis 1886, la dernière en 2006.

Les Philippines se situent sur la ceinture de feux du Pacifique, une zone active de volcans et tremblements de terre.

MONT BULUSAN (suite 1)

22 novembre 2010.

Un problème sanitaire affecte les personnes évacuées du Mont Bulusan.
Le manque d’eau potable et de sanitaires commence à affecter les personnes évacuées de leurs résidences du fait de la reprise des activités volcaniques du Mont Bulusan, à la pointe extrême sud de l’île de Luzon.

Ce lundi 22 novembre, un rapport reçu par le Secrétaire à la santé, Enrique Ona, indique que les résidents évacués dans les centres risquent également des problèmes respiratoires.

Ceux plus particulièrement à risque d’avoir des problèmes respiratoires, sont les habitants des villes de Magallanes, Bulan, Juban et Irosin.

Le rapport ajoute, que l’eau et les sanitaires qui se trouvent dans les centres d’évacuation, ne répondent pas aux standards de l’Organisation Mondiale de la santé.

Le rapport demande également un meilleur support de la part des autorités locales, les Local Gouvernmental Units (LGU), de façon à pouvoir gérer la situation si les autorités décidaient une évacuation massive des résidents, au cas ou le volcan deviendrait plus actif.

D’autre part, selon un reportage de Rawna Crisostomo de GMA news, le nombre des évacués restant dans le centre de la National Hight School dans la ville d’Irosin a fortement diminué passant à un peu moins de deux cents personnes.
La plupart des 1.500 habitants des villages de Cogon et Bolos (Irosin), sont maintenant rentrés chez eux.

Dimanche, le National Disaster Risk Reduction and Management Council (NDRRMC) annonçait que les autorités étaient en train de préparer des centres d’évacuation supplémentaires pour les résidants proches de Bulusan.

Le NDRRMC indique qu’il y a à ce jour 52 centres qui peuvent accueillir jusqu’à 49.218 personnes et que des centres supplémentaires pourraient être ouverts dans la ville de Sorsogon ‘’en cas d’évacuation massive’’.

La ville de Sorsogon dispose de huit centres d’évacuation qui peuvent héberger jusqu’à 16.000 personnes. Gubat (12), Juban (12) et Casiguran (11) sont actuellement les villes qui disposent du plus grand nombre de centres.

Dimanche dernier, Bulusan (le volcan) à de nouveau craché des cendres, cendres qui ont formé un nuage de plus de deux kilomètres de haut au-dessus du sommet. C’est la plus forte explosion enregistrée à ce jour depuis son réveil le 6 novembre dernier.
Cela a obligé l’Institut Philippin de Volcanologie et de Sismographie (Phivolcs), de rappeler (à imposer) aux résidents de ne pas s’aventurer dans la zone de quatre kilomètres, considérée comme zone de danger.

Un rapport de Phivolcs daté du vendredi 19 novembre, indiquait qu’à cette date, un total de 2.712 familles, 13.561 personnes dans 18 villages, étaient affectés par l’humeur du volcan. Principalement sur les villages de Casiguran, Juban et la ville d’Irosin. Le rapport ajoutait que 84 familles, soit 370 personnes se trouvaient à cette date dans huit centres d’évacuation.
Je précise que ce rapport est antérieur à l’explosion majeure du dimanche 21 novembre. Combien sont réellement affectés à ce jour ? J’ai pu voir des villages entiers bruler  et le nuage est impressionnant. Vu du pied du volcan, il s’élève jusqu’à près de quatre kilomètres au-dessus du niveau de la mer.

Au moins 33 secousses sismiques d’origine volcanique ont été enregistrées au cours des dernières 24 heures autour du volcan. De samedi à dimanche matin.
La plus violente de ces secousses s’est produite à 07 : 28 h du matin, lorsque le volcan a explosé envoyant un nuage de cendre et de vapeur à une altitude de plus de deux kilomètres au-dessus de son sommet.

Du fait des vents dominants, les résidents des secteurs nord-ouest et sud-ouest du volcan, doivent prendre des précautions et se protéger des cendres.
Les municipalités de : Irosin Cogon, Sangkayon, Mobon, Irosin proper, Umagon, Bolos et Gulanggullong, sont recouvertes d’une couche de cendre qui atteint trois millimètres. D’autres municipalités comme Bulan et Magallanes sont un peu moins touchées, de un à deux millimètres pour la couche de cendres.

Dans la soirée du 26, une explosion  de type tremblement de terre a été enregistrée par l’Institut de Volcanologie et de Séismologie.
Dans son dernier bulletin d’information, Philivocs indique que le tremblement a commencé à 19 : 27 H et qu’il a duré 11 minutes. Du fait de la présence d’une couche de nuages enveloppant le volcan, il n’a pas été possible pour les volcanologues d’observer l’incident.

Le taux d’émission de sulfure dioxine  a été mesuré à 13 tonnes par jour.

Environ 11 autres tremblements ont également été enregistrés  dans les 24 heures qui ont précédé la dernière explosion. Philivocs indique que le volcan se trouve toujours sous le niveau d’alerte Nº 1 et il est rappelé au public de ne pas s’aventurer dans la zone de danger de 4 kilomètres de rayon, du fait de possibles éruptions de jets de gaz ou d’une explosion de cendres.

 

Je ne manquerai pas de vous tenir informé de l’évolution de la situation concernant le Mont Bulusan. Expériences, critiques et commentaires sont les bienvenus.

 

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :