Publié par : tourismedentaire | 12/06/2011

PRISON … À LA PINOY

BILIBID … PRISON OU PASSOIRE ?
The new Bilibid Prison, c’est la plus grande prison des Philippines, en fait un pénitencier qui se situe sur Muntinlupa, une des villes qui forment le grand Manille.

Muntinlupa est la municipalité la plus au sud de la ‘’National Capital Region’’ (NCR), le grand Manille, en bordure du lac de Laguna de Bay.

 

Située sur une surface de 551 hectares, dont 104 hectares pour loger les personnels et le quartier général du Bureau de Correction, le centre pénitencier abrite entre 17 et 18.000 détenus.
La Old Bilibid Prison, connue sous le nom de Carcel y Presidio Correccional du temps de la colonisation espagnole, se situe au cœur de la ville de Manille et a été transformée en centre de détention sous le nom de Manila City Jail.

 

La New Bilibid Prison est opérationnelle depuis 1940 et est considéré comme une prison de sécurité maximum. Cela peut prêter à sourire sinon à franchement rigoler quand on sait ce qui s’y passe.

 

Plantons le décor. Officiellement, les prisonniers passent leur temps dans le gymnase et le centre sportif du pénitencier où se trouvent des terrains de Basketball.

Certains travaillent à la fabrication d’objets artisanaux, d’autres peuvent profiter de certaines facilités mises à leur disposition comme : une éducation élémentaire pour ceux qui n’ont jamais été à l’école, une high school pour ceux qui souhaitent poursuivre leurs études, l’apprentissage d’un métier,  il y a même un programme de lecture et écriture de base pour les illettrés et la possibilité de passer un examen que l’on pourrait comparer à notre baccalauréat.

 

Plusieurs Organisations religieuses sont actives dans la prison, l’on peut citer la Seventh-days Adventist Church, Amazing Grâce Christian ministries, Philippine Prison Jesuit Service, Caritas … des messes sont dites chaque jour dans la chapelle et il y a également un marché où les prisonniers peuvent acheter ce dont ils ont besoin : nourriture, boissons, vêtements, commodités de base … comme savon, dentifrice, shampoing, etc.

En fait le pénitencier se comporte comme une petite ville avec ses commerces, son marché, son église, ses compétitions sportives, ses services médicaux, sa police interne, etc.

 

Certains des prisonniers cultivent des légumes sur un lopin de terre, légumes qu’ils vont vendre sur le marché, la drogue coule à profusion, même chose pour l’alcool et autres produits illicites. Il y a des bandes et des gangs, les règlements de compte sont fréquents, les armes circulent comme la rumeur, meurtres et crime restent la plupart du temps impunis.

 

Les gardiens devraient peut-être consulter un ophtalmo, enlever leurs boules-Quies ou plus surement se débarrasser de leur bourse trop lourdement chargée qui les empêche de se mouvoir, de voir et d’entendre.

 

La situation n’est pas nouvelle, ce n’est pas un phénomène récent, cela dure et perdure depuis des décennies.

Je me souviens, milieu des années 90, un personnage important et puissant (riche), incarcéré pour de très nombreuses années, si ce n’est à vie, pour un crime particulièrement odieux, pouvait sortir comme il le souhaitait.

De plus il avait installé ses cellules comme un hôtel au moins trois étoiles, avait fait construire un court de tennis, recevait sa famille, ses amis et des prostituées, organisait des parties et grâce au téléphone portable et à l’ordinateur continuait à gérer ses affaires … à partir de sa prison de luxe …

The New Bilibid.

 

 

Un Seigneur de la Drogue est porté absent

 

Une information qui date du 25 mai dernier, tout du moins qui est sortie à cette date.

Le Department Of Justice (le ministère de la Justice) va ouvrir une enquête afin de savoir pourquoi un Taiwanais, condamné pour trafique de drogue, a disparu de la prison nationale de Bilibid. Il est porté manquant, aux abonnés absents, alors qu’il a été condamné à perpétuité !

Le Sous-Secrétaire à la Justice, Francisco Baraan dit que Tsai jung-shiu, alias Frank Chua, a été condamné à la réclusion à perpétuité en 1989, après avoir été reconnu coupable de se trouver en possession de plus de 58 kilos de met amphétamine hydrochlorid, que l’on nomme ici shabu (des amphétamines).

 

Baraan ajoute que le DOJ veut savoir si Tsay s’est échappé ou s’il fait partie des quelques prisonniers étrangers qui ont été transférés dans d’autres prisons du pays. L’administratif ce n’est pas le point fort du Philippin en général, alors dans le milieu carcéral …

 

Tsay, qui était le Président d’une société basée à Subic, la Swan International Inc., s’était déjà échappé de la prison provinciale de Vigan en 1990.

Il avait été de nouveau arrêté en 2003 par une opération conjointe du National Bureau of Investigation (le FBI local) et de la Philippine Drug Enforcement Agency (équivalent de la DEA/US).

Tsay est porté absent de Bilibid depuis 2005.

 

Pas mal l’histoire, édifiante ; condamné à perpétuité en 1989, il se fait la belle en 1990, repris en 2003 (treize ans en cavale tout de même), il disparait en 2005 et depuis … il court toujours. En 22 ans, ce condamné à perpétuité est resté moins de 3 ans sous les verrous et encore faudrait-il voir les verrous.

 

 

 

Le cas Antonio (Tony) Leviste.

L’ancien Gouverneur de la province de Batangas a finalement retrouvé le chemin de la prison de New Bilibid. Un jour après avoir été arrêté par des agents du National Bureau of Investigation, alors qu’il se trouvait à Makati, avec bien évidemment aucune autorisation de sortie.

 

L’on a pu voir Leviste souriant, lors de son retour dans sa prison sous bonne escorte.

 

Le Directeur du Bureau of Correction Ernesto Diokno, qui a été sommé par Malacañan (la Présidence) de bien vouloir expliquer l’incident, insiste sur le fait qu’il ne peut être tenu pour responsable de l’escapade de Leviste.

 

Devant les médias, Diokno a ordonné au gardien de l’ancien Gouverneur, le Prison Guard 1 Fortunato Justino, de s’expliquer sur la façon dont Leviste a eu la possibilité de sortir de sa prison, alors qu’il est censé être sous très haute surveillance.

 

Justino, qui fait actuellement l’objet d’une enquête, affirme avoir reporté l’incident à son supérieur direct, dès qu’il s’est aperçu de la disparition de l’ancien Gouverneur. Il dit avoir informé son supérieur vers 16 heures, ce qui est invérifiable. Ce dernier BRSS chief Dante Cruz ajoute qu’ils ont immédiatement cherché le prisonnier, sans le trouver.

Diokno, furieux des réponses données par ses subordonnés a répondu :

‘’Hindi pwedeng sasabihin mo yung katwiran mo. Hindi pwedeng sasabihin mo nung natingnan ko eh wala na. Di pwede yun, trabaho mo bantayan siya.

 
Un reportage d’une chaîne locale de télévision ABS-CBN, dans son émission ‘’Current Affairs program XXX a révélé que Leviste avait quitté sa prison au moins trois fois avant son arrestation à Makati.

Un informateur de la chaîne raconte que Leviste sort et rentre de la prison comme il le souhaite. Leviste est emprisonné pour le meurtre de son aide et ‘’ami’’ (au colt 45) Rafael de las Alas en janvier 2007. Il doit purger une peine d’un minimum de 6 ans et de 12 au maximum.

 

Une surveillance de l’équipe de XXX apporte la preuve de la présence de Leviste devant le LPL building, building qui lui appartient, le 21 mars ainsi que le 1er avril (pas un poisson).

Le 22 avril il était pris en photo dans un véhicule Kia qui circulait dans Binondo, un quartier du vieux Manille. Dans mes mémoires, si un jour je publie, je vous donnerais plus d’informations, des informations de première main.

 

 
Passons maintenant au cas ‘’AMPATUAN’’

Vous vous souvenez certainement de cette affaire, le massacre de 58 personnes fin 2009 dans la province de Maguindanao, sur la grande île de Mindanao. Massacre de partisans du clan Mangudadatu, dont le chef Esmael,  souhaitait se présenter au poste de Gouverneur de la province, poste tenu par le clan Ampatuan.

Plusieurs membres de la famille Ampatuan se trouvent maintenant sous les verrous, mais …

Le dernier scandale qui éclabousse l’administration de Pnoy (le président Benigno Aquino III).

Le scandale met en cause l’autorisation de vivre au dehors et autres privilèges spéciaux dont bénéficient certains prisonniers ainsi que les membres de la famille Ampatuan. Les membres de la famille Ampatuan, qui ne sont pas à Bilibid, mais détenus dans une prison de très haute sécurité ( ?) située à Bicutan, bénéficient d’un traitement de VIP.

 

L’on a même vu le patriarche et ancien Gouverneur Andal Ampatuan dîner dans un restaurant cinq étoiles de Manille.

 

Le président a pris le taureau par les cornes. Les cinq plus hauts gradés du système, le Bureau de Correction, ont été virés et peuvent s’attendre à des poursuites judiciaires. Cinquante autres personnes, pour la majorité des gardiens et leurs chefs ont subi le même sort.

 

Le Président reconnait que les prisons du pays sont dans un état déplorable, que des améliorations doivent être apportées, plus spécialement au niveau du ratio prisonniers/gardiens et de la congestion des centres de détention.

Le Président a donné des directives dans ce sens au DILG (Department of Interior and Local Government), au Ministère de la Justice et aux membres de son équipe économique. Il leur demande de faire un inventaire complet de la situation du système pénitentiaire et d’apporter des propositions de réformes.

 

Le jeudi 26, Mangudadatu qui est le Gouverneur de Maguindanao et des parents des victimes du massacre ont essayé d’effectuer une visite surprise, autorisée par la cour, afin de voir dans quelles conditions les Ampatuans et autres prévenus étaient incarcérés. Ils en ont été empêchés par Glenford Valdepenas le Directeur de la prison. Depuis Valdepenas a été viré.
Je précise que ces prisonniers qui bénéficient de facilités de la part des personnels des prisons, sont tous des milliardaires (en pesos, mais tout de même). Il n’y a pas besoin de beaucoup réfléchir pour savoir contre quoi ils ont échangé ces faveurs.

 

Allez faire un tour sur les parkings réservés aux personnels de certaines administrations comme : les prisons, les douanes, les postes, la police, les impôts, etc.
Que voyez-vous ?
Des 4 X 4, des SUV, de gros vans, des Mercedes, des Buick … et tous ces véhicules sont neufs et rutilants ! Les employés de ces différentes administrations ont des salaires variant entre 15.000 et 50.000 pesos par mois, entre € 250 et € 830 !

 

De plus ils vivent, pour la plupart d’entre eux, dans des maisons de plusieurs millions. La classe moyenne philippine. Pnoy … ya du boulot !

 

 

Expériences, critiques et commentaires sont les bienvenus.
Rejoignez-moi sur < expatauxphilippines.blogspot.com >

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :