Publié par : tourismedentaire | 20/04/2012

DU RIFFIFI … DANS LE UKAY-UKAY !

Après être restés pratiquement quatre mois tranquilles, les propriétaires de plusieurs établissements situés le long de Roxas Avenue à Davao City, ont décidé de faire appel au législateur afin de faire cesser le ‘’Ukay-Ukay’’ sur le marché de nuit installé par la municipalité.

Dans une lettre adressée au Vice Maire Rodrigo Dutertre en date du 30 mars 2012, les propriétaires de sept établissements ont pétitionné pour que le ‘’Ukay-Ukay’’ soit définitivement interdits.

Je suis sûre que vous allez me demander ce qu’est le ‘’Ukay-Ukay’’.
Je peux vous dire qu’il est parfois appelé ‘’Wagwagan’’ !

Les Ukay-Ukay sont des boutiques ou des étales qui vendent des produits de seconde main, des choses déjà utilisées ; dans la majorité des cas des vêtements, des chaussures, des jouets, des accessoires de mode et ce, bien entendu, à des prix qui défient toute concurrence.

Le nom Ukay-Ukay, ou fouiller dans les piles de vêtements ou autres objets usagés, est dérivé du nom local ‘’halukay’’ qui veut dire creuser.

Si vous avez de la chance, vous pouvez dénicher un authentique sac Louis Vuitton datant d’une trentaine d’années, pour une fraction du prix auquel vous le trouveriez sur Ebay !

En France, nous appellerions cela ‘’chiner’’ la fripe ou les fringues.

Ici aux Philippines cela consiste à fouiller dans des piles de fringues ou autres produits entassés sur des tables ou des planches montées sur des tréteaux.

Le Ukay-Ukay est apparu au début des années 80.
Suite à de très nombreuses calamités qui ont frappé les Philippines durant cette période, l’organisation religieuse et humanitaire Armée du Salut a fait expédier des vêtements et d’autres articles de seconde main en tant qu’assistance humanitaire aux victimes de calamités.

Devant le succès remporté par l’opération, des hommes d’affaire, aussi bien locaux qu’étrangers, se sont lancés dans l’importation en gros de fripe de seconde main, de vêtements, de jouets et accessoires déjà utilisés.

Des grossistes locaux achètent à bas prix par containers et distribuent aux détaillants sur l’ensemble du territoire.

D’où proviennent ces produits de seconde main ?
Principalement des Etats-Unis et de l’Europe ; compte tenu de ce qu’il m’a été possible de voir, une partie provient très certainement de Chine (surplus, produits déclassés ?).

Il est possible, compte tenu de la société de surconsommation qui règne dans les pays occidentaux, de trouver des vêtements pour enfants, des jouets et autres produits qui semblent neufs. Il est ainsi possible pour quelques-uns de s’offrir des produits originaux, et j’insiste sur le ‘’originaux’’, pour quelques dizaines, voire centaines de pesos.

Une autre manière de lutter contre la contrefaçon ?

Produits que la plupart d’entre eux seraient incapables de s’offrir dans le circuit traditionnel de distribution des grandes marques, inabordable, car présentant des prix beaucoup trop élevés pour la majorité des Philippins.
Cela permet à d’autres de s’habiller bien, pour rien et de pouvoir rivaliser avec les classes les plus favorisées.

A Cebu City, le plus grand centre de Ukay-Ukay se situe dans le centre-ville sur Colon Street.
Mais on en trouve également dans le District de Carbon et à Tabunok dans la ville de Talisay.

Ukay-Ukay est originaire de Baguio City, puis l’on en a trouvé sur Manille, avant qu’il ne se répande dans les grandes villes du pays.

Les plus grands centres de Ukay-Ukay :
Santa-Ana, dans la ville de Davao, Cogon Market à Cagayan de Oro.
Nombreux sur manille, l’on peut considérer que le secteur de Baclaran et deTaft avenue en est le plus important.

Ce qui est intéressant de constater, c’est que si de nombreux produits arrivent des Etats-Unis et d’Europe … la majorité d’entre eux ont été fabriqués en Asie !
Juste retour des choses ?

Ce qui au départ était une opération humanitaire devient en fait un gros business pour certains.

Faisons une supposition, un exemple totalement fictif, uniquement sorti de mon imaginaire.

Sous couvert d’humanitaire, Croix Rouge, Secours Populaire et autres organisations charitables vont collecter des vêtements et autres jouets, des chaussures et accessoires, ceci auprès de particuliers … tous ces articles récupérés seront gracieusement mis à disposition d’une association.

Laquelle association, employant des personnes handicapées (pour des raisons d’aides et subventions), va effectuer le tri, nettoyer, emballer et expédier les articles.
Souvent les pré-acheminements et transports seront effectués gratuitement par les transporteurs qui soignent leur image.

Cette association, à laquelle nous donnerons le nom fictif de ‘’Association d’amitié Franco- Philippines de France et de Navarre’’, perçoit des subventions, fait appel aux donneurs privés, reçoit des aides et subventions pour employer des handicapés. Des locaux sont mis gracieusement à sa disposition par telle grande entreprise, une région, une municipalité … et les containers sont … ?
Un détournement de plus dans l’humanitaire ?

Revenons-en à nos pétitionnaires, à ces propriétaires d’établissements qui souhaitent faire supprimer le Ukay-Ukay sur le marché de nuit de l’Avenue Roxas à Davao.
Pourquoi souhaitent-ils faire enlever le Ukay-Ukay ?

Ils se plaignent que le marché de nuit, de 18h à 02 heures du matin, affecte le business de leurs établissements qui sont légitimement enregistrés, alors que les Ukay-Ukay(s) opèrent sans permis depuis février de cette année. De plus les échoppent empiètent largement sur l’avenue, les stands sont mal tenus et peu attractifs et il y a des déchets un peu partout.

Erwin Alparaque, qui est l’Administrateur assistant de la ville, répond qu’il ne peut faire enlever les échoppes ne sachant où les relocaliser.

Affaire à suivre.

Connaissiez-vous les Ukay-Ukay, avez-vous déjà visité et acheté dans ces endroits ?

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
www.expatauxphilippines.blogspot.com

 

 

Mon petit livre101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible.

Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Générer des revenus’’


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :